Dyspraxie idéatoire

Les ciseaux, une invention fascinante pour les petits! Ils s'en emparent, coupent et recoupent, toujours plus, toujours plus petit. Certains vont jusqu'à tester l'engin magique sur les cheveux. Et puis, il y a ceux pour qui ça n'est absolument pas un engin magique... Eux aussi sont pourtant intrigués, tentés... au moins dans un premier temps...


Au sommaire
  • Dyspraxie idéatoire 
  • Quelques repères d'âge 
  • Comment aider l'enfant dyspraxique? 

Dyspraxie idéatoire


Celles et ceux qui souffrent de dyspraxie idéatoire éprouvent des difficultés à utiliser et manipuler les outils. Ainsi, ils parviennent difficilement à utiliser les ciseaux, un couteau, une règle, un compas, un tournevis,mais également une cuillère lorsqu'ils sont petits ou encore à craquer une allumette quand ils grandissent.

Il s'agit d'une dyspraxie non constructive

Quelques repères d'âge

 Ces repères sont donnés à titre indicatif, chaque enfant étant différent. 
  • Manger seul avec une cuillère ou une fourchette : 3 ans
  • Tenir les ciseaux : 3 ans
  • Visser et dévisser de gros couvercles : 3 ans 
  • Couper entre les lignes : 4 ans
  • Découper en suivant des courbes : 5 ans
  • Découper des formes complexes : 6 ans  
  • Utiliser le couteau : 5 ans, couper la viande : 6 ans

Comment aider l'enfant dyspraxique?

  • Comme toujours, rassurer et rappeler des points forts. 
Au quotidien,
  • Même s'il est dyspraxique, le petit enfant peut vouloir manger seul : ne coupons pas son élan et adaptons ses outils.
  • Proposons lui cuillères et fourchettes ergonomiques, ils sont plus faciles à tenir en main.
  • Laissons-le utiliser ses mains tant qu'il en a besoin: l'indépendance est plus importante que la bienséance.
  • Prévoyons une assiette à sa taille et anti-dérapante. 
  • Offrons un verre à poignée, ni trop lourd, ni trop léger. 
  • Si besoin, plaçons discrètement le verre près de son assiette ou bien l'enfant dyspraxique tend à le laisser en dessous de l'assiette et donc à pratiquer, malgré lui, le lancer de verre.  
  • Installons une planche à découper sous le pain lorsque l'enfant le coupe. Le pain glissera moins et la table sera ainsi protégée.
  • Sous la chaise du petit enfant, on peut déposer une nappe en plastique afin de récupérer plus facilement les aliments qui n'ont pas survécu aux tentatives de manger seul(e).
  • Ne serrons pas trop fort le bouchon de la bouteille et, tant qu'il en a besoin, dévissons-le un peu afin que l'enfant puisse tranquillement terminer le dévissage.  
  • Pour chaque outil du quotidien, privilégions les outils ergonomiques. 
  • Guidons les gestes en les détaillant à voix haute. 

D'un point de vue scolaire,
  • Prévoir du matériel solide
  • Préférer un crayon 4 couleurs pour éviter les manipulations de 4 stylos différents. A voir en fonction des enfants.
  • Eviter les bureaux lisses où les feuilles glissent. Si le bureau est lisse, prévoir un tapis de table antidérapant. 
  • Aider pour tailler les crayons, découper, plier et coller tant que c'est problématique.  
  • Proposer un grand taille-crayon, plus facile à tenir en main.  
  • Utiliser des ciseaux ergonomiques ou des ciseaux à retour automatique
  • Choisir des crayons de bois pour écrire, des stylos pointe bille ou feutre fin: plus la mine sera fine, moins les micro-mouvements altéreront l'écriture. Bannir les stylos qui ont tendance à fuir. 
  • Si dysgraphie, l'ordinateur peut s'avérer indispensable.  
  • Utiliser une règle antidérapante ou une réquerre (pour remplacer l'équerre). Hoptoys propose également des règles avec une grosse poignée.
  • Utiliser un logiciel pour la géométrie : Geogebra, Geotracé, Cabri. 

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt pour de nouveaux outils !